Note utilisateur: 5 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles actives
 

Séismes. Peut-on les prévoir ? Le NCGT Journal, dans son édition de 2013 – 1,1 (GT = Global Tectonique ou Tectonique Globale) nous parle du cycle prédictif Soli-lunaire dit 54/56. Mais existerait-il un signe qui attire les tremblements de Terre ?

Une étude expérimentale s'imposait, la voici.

Déposé Bibliothèque Nationale 2016. Tous droits réservés.

Nous possédons le fichier complet des tremblements de Terre avec minute et longitude, latitude, soit des (dizaines de) milliers de données mais la publication du NCGT nous donne les plus importants d'une magnitude supérieure ou égale à 8,3. Nous travaillons avec cette liste et le modéle DA406 astronomique j2000.

La première anomalie que nous remarquons c'est qu'une fois de plus les mois vrais ou signes du Zodiaque, les saisons donc, semblent un leurre.

Nous obtenons des écarts plus forts avec les étoiles, en positions réelles, astronomiques norme j2000,0 et avec le Périhélie.

* Il serait donc question de ce que nous appelons le Temps Astronomique, l'espace temps, le Temps réel, pas de 'divination'.

Voici les tables pour le Soleil et la Lune en 16 secteurs.

Sz = Soleil zodiaque ou astrologique, Sa = Soleil astronomique ou ascension droite

 

D. 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 12 13 14 15 16
So-Z Tropical 7 4 4 4 7 2 7 5 4 9 8 2 5 10 9 4
So-A Sidéral 7 4 4 4 7 2 7 6 4 9 8 1 5 9 11 4
Lu-Z Tropical 6 9 8 5 7 7 6 8 6 1 8 5 1 2 6 6
Lu-A Sidéral 6 10 6 6 6 5 7 9 6 2 8 5 1 2 4 8
Sigma-7 Sidéral   29 24 26 26 23 24 24 28 24 45 33 28 22 31 33 36

Nous obtenons les coefficients de perturbations qui suivent :

Soleil sidéral : 19,59

Soleil zodiacal : 16,43

Lune Sidérale : 16,78

Lune Zodiacale : 15,73.

La dernière colonne nous donne le Sigma-7, soit l'addition des positions des 7 astres visibles en astronomique ou sidéral, la valeur du coefficient KI2 chutant de 19,13 à 14,56 si nous les prenons en 'positions' astrologiques et est omis vu que <16 n'est pas à retenir en première analyse.

La somme nous indique la valeur 45 pour le secteur 10 (41 en zodiacal). En taux brut avec m = 28,4 et s = 5,4 cela fait 3 écarts types. Il ne faut pas y voir un 'rôle' de l'équinoxe évidemment car sinon nous aurions la même pointe à l'opposé. Ce serait la Galaxie comme le stipulaient les Anciens qui jouerait ?

La plupart des individus pensent que les tremblements de Terre surviennent en mai, quand la chaleur revient (?) mais un graphique nous donne une vision plus exacte et nous indique le contraire, d'autant plus que le mois de mai pour les uns c'est novembre pour les autres.

Graphiques des astres en sidéral.

Graphe tous astres T.Terre Graphe Solaire

 

Le premier graphique, très arrondi, reprend la position de tous les astres visibles lors des séismes, le second regarde la position du Soleil. L'ellipse décrite par la Terre autour du Soleil positionne la proximité ou périhélie aux environs du bas du graphe, secteur 13. Il y a une augmentation sensible pour les écarts de 270 et de 0 degrés par rapport à ce point se manifestant par une montée dans les deux semaines qui suivent ces passages.

Comme on le voit sur le graphique 1, de 1700 à nos jours, pas une seule fois la moyenne n'est atteinte pour la déclinaison Nord, lorsque considérés depuis l'hémisphère Nord les astres restent plus longtemps au-dessus de l'horizon, dans leur 'été' personnel, pour la somme des positions sidérales (toutes positions astrales confondues sans distinction pour les astres visibles).

Pour le Soleil, les secteurs 14 et 15 ne sont pas astronomiquement indifférents. C'est l'époque, les mois si vous préférez, où le Soleil et la Terre sont au plus proches (périhélie ou périgée); c'est également l'Apex, l'endroit vers lequel file à une vitesse vertigineuse notre système solaire.

La somme des positions planétaires, qui fait monter les comparaisons à un millier, indique formellement, (formellement selon sa forme graphique donc) le passage et le carré de 270 degrés au périgée, mais cela mériterait analyse approfondie (voir document téléchargeable).

Comparé aux aspects de la Lune, il y a un effet de masse qui semble jouer car le Soleil se positionne plus nettement après son passage au périgée et au carré de celui-ci.

Aspects et Séismes.

Voyons maintenant les aspects célestes.  Les écarts, ici, sont à l'avantage de l'écliptique car ce plan facilite la mesure moyenne de l'arc.

La table qui suit reprend les écarts de la Lune par rapport au Soleil = zéro (SL) et du Soleil par rapport à Jupiter = 0 (SJ).

Ce sont les plus intéressants pour le lecteur et aussi les effets de masse les plus prévisibles.

Secteurs 01--02--03--04--05--06--07--08--09--10--11--12--13--14--15--16

S/Lune...-06--05--09--13--05--04--05--06--07--05--01--02--07--09--04--03

J/Soleil....10--07--04--09--00--03--04--12--04--04--03--06--06--04--10--05

KI2 Soleil-Lune : 22,76. // KI2 Jupiter-Soleil : 26,63

Le Soleil pour la Lune - Jupiter pour le Soleil - sont en position zéro comme astres les plus lents.

Donnons le graphique de la lunaison, celui de Jupiter montre une tendance à éviter les aspects lunaires mais il y a un débordement sur le premier secteur qui le rend peu harmonieux.

Graphe Lunaison T. Terre

Il y a une certaine tendance pour ces tremblements de Terre ou séismes majeurs a se dérouler après la nouvelle Lune, environ 4 à 6 jours plus tard et après le dernier carré ou Dernier Quartier. Le creux en 11 et 12 est significatif.

L'opposition ou Pleine Lune reste à la moyenne avec un cas de plus.

Les Répliques ont souvent lieu 15 jours plus tard, lorsque la Lune a progressé de 180 degrés. Par exemple, ce n'est pas un cas isolé, loin de là, au Népal et en Turquie, à Van, Séisme 23 octobre et réplique le 9 novembre. On peut donc prévoir.

Commentaire.

C'est un effet de masse qui semble - sur ce nombre de cas réduit - se dessiner. Le graphe est déporté vers le Soleil mais ce serait - en pure hypothèse - une variation de cette masse, lorsqu'elle se forme ou plus encore se déforme, idée de dispersion, qui jouerait ? Cela expliquerait que les seuls tremblements de Terre de très forte magnitude ayant eu lieu alors que la Lune se trouvait à plus de 90 degrés du Soleil eurent lieu lors de l'alignement des trois corps (petite pointe en 9).

Il semble évident que l'élément est seulement déclencheur d'une situation latente mais l'article en question indique que sa modélisation sur le cycle de la Lune présente un très haut niveau de fiabilité (modélisation sans rapport direct avec ces graphiques purement illustratifs).

Il faudrait encore, même si cela semble contre la physique, voir le rôle des autres astres, l'esprit ouvert. L'uranologie n'est pas liée aux 'Lois' scientifiques et autorise cette approche, les séismes étant un domaine où la prévision reste le seul palliatif connu, comme pour les accidents aériens.

Nouvel ordinateur. Nous avons besoin d'un financement pour un nouvel ordinateur. Nous avons regroupé des articles à succès dans un ouvrage dont la valeur de vente doit nous permettre d'acquérir cet instrument de travail. Il est disponible sur Google Livre (lien ci-dessous) et sur ce site via paiement Paypal ou Carte-de-Crédit. C'est une façon indirecte de vous demander une participation si vous aimez nos articles. Merci.

Voici le lien pour lire et acheter sur Google Play Livre

Mise à jour avril 2015.

Le séisme au Népal, épicentre à Gorka et non Katmandou eut lieu à 11H56m locales, en fait c'est GMT + 5h45 et le Soleil est à un degré du midi vrai. La magnitude est de 7.8 mais il fut annoncé 8.2 pour Gorka avant rectification.

Le thème local nous montre une Lune qui se lève au sixième jour de la Lunaison soit sur le graphe statistique le secteur 4. Remarquons que les deux astres sont sur un cercle horaire, méridien et horizon, et que c'est bien cette période 4-6 jours qui est indiquée.

Le Soleil se trouve au sortir de la conjonction à Alpha Bélier, la Lune au sortir de l'amas Sirius et Alpha Gémeaux, sur Procyon.

Ajout mai 2015. La très forte réplique (?) de 7.3+ qui eut lieu 17 jours plus tard place bien la Lune en secteurs 13-14. Elle ne peut être comptabilisée car inférieure à 8 mais indique que le graphique peut être considéré comme une information subalterne lors de séismes catastrophiques.

Mise à jour 17/09/2015

Le séisme au large de Valparaiso au Chili du 16 septembre vers 23H15 GMT (17 septembre CET) d'une magnitude de 7.9 soit près de 8 a eu lieu alors que la Lune se situait dans la fin du secteur 3, à haut risque avec le 4. Le Soleil se situant en secteur 11 sur 16. Nous attendons d'autres précisions.

Nouvelle info. Selon les médias l'intensité serait de 8.3 et le tremblement fut ressenti jusqu'à Santiago du Chili avec évacuation d'un million de personnes.

Décembre 2015. Le réveil des volcans Vésuve et surtout Etna en décembre 2015 laisse présager (car nous sommes juste avant le cycle du périhélie) un risque élevé pour la période opposée, soit juin 2016 ou les deux intermédiaires, soit mars et septembre 2016 à juger sur la lunaison.

Ajouté en Août 2016. Vous devez être nombreux à venir sur ce site pour les Tremblements de Terre qui vont affecter la planète dans le courant du début d'automne. Le Soleil passe sur Jupiter le 25 septembre 2016 avec une Lune à lunaison jour 23, ce qui indique un début de la période des séismes vers le 24 à 18h GMT environ. Les tremblements de Terre répétés de la période ayant débuté dès la deuxième moitié d'août 2016 ajoutés à ces configurations et au réveil des 'soupapes' Vésuve et Etna il y a quelque mois rendent problématiques les zones à risque, Méditerranée, Pacifique (Japon, Indonésie), Mexique et Amérique centrale et évidemment, avant tout, la zone des combats actuels (nous écrivons ce 26 août peu après le séisme en Italie) soit la Turquie et l'Iran mais en fait toute la région y compris le pourtour de l'Inde. Ces zones de conflit.pourraient ainsi être quelque peu calmées par, sinon le Ciel, du moins par les Éléments des Anciens. Attention toutefois que ces remarques ne sont en aucun cas une hypothèse quelconque admise par la Science.

Mise à jour. Pour le Mexique en 2017. Il faut distinguer les séismes du mois de septembre 2017. Celui du 7 septembre 2017 eut deux répliques quatorze jours lunaires plus tard, le 24 septembre, soit une réplique de 6.1 et une autre de 6.4 vers Osaxa. Ce ne sont pas  - failles différentes - les suites du séisme meurtrier du 19-20 septembre. Ce sont deux endroits différents. Mais, ce qui nous laisse perplexe, c'est que le séisme du 7 eut lieu au dernier quartier lunaire et ses répliques au premier - ce fameux secteur lunaire 3-4 en seize secteurs. Il y aurait donc un risque éminent de séisme plus violent encore sous les seize jours. A vérifier.

Mise à jour. séisme en Irak-Iran le 12-13 novembre 2017.

Comme indiqué dans nos recherches, la position de Jupiter perturbe l'équilibre Terre et Solail, à 270 degrés du périhélie. Ce tremblement de terre estimé à 7.3 sur l'échelle de Richter, surbenu peu après l'aspect de 270 degrés ou Dernier quartier de la Lune.  La prévision est possible; Voici le lien Seismes-incendies-etudes-temps-astronomique

Intéressé(e) ?

Téléchargez le dossier complet. Étude sur les périodes des séismes et les modèles prévisionnels (en Anglais) . Nous demandons un Post pour éviter les téléchargements répétitifs.

Mise à jour 24 sept. 2015 - Un simple tweet est demandé pour éviter les téléchargements répétitifs non bienveillants. Étude format pdf, 173 pages. Voir sur Google plus.

7185 - Perte du serveur. écrit  2015-01-01 20:19:48 mis a jour 2017-03-01 10:31:47 publié 2015-01-01 20:19:48 Visites juin 2017 - 9763

Pour le divertissement uniquement. Article non scientifique. Approche uranologique sur base des Constats et des Ensembles expérimentaux. Il s'agit de tendances statistiques, pas d'une méthode prédictive absolue.



Copyright Guy Michel Arend - Uranologie 2017 2018 - nusquam credere semper quaerere - Merci de votre visite. Licence CC 3.0