Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Astronomie chinoise antique - 1732 Deux Jésuites Partie 2. Voir 1.

Les livres parlent aussi de Ti-Mour-Leng qui n'est autre que Tamerlan et le Jésuite lie la ville de Ta-hia dont parlent tous les livres à  Chorassan avant de décrire les 'tubes' d'observation astronomique. (voir article 1)

Il cite simplement et suivi d'un point Ha-ra ou Hérat ou Heri. On croirait Edgar Cayce avec son A-ra-Ra. Il indique que la géographie de l'époque, qu'il feuillette, marque bien la distance de cette ville avec Samarcande et la Perse avec une ambassade de Scharoe qui régnait dans le Chorassan  un des premiers Empereurs Ming et précise que Herat était très connu des Chinois.

Suite de la Partie 1.

Après Hoang-Ti l'astronomie retombe en décadence ce qui indiquerait que la période antique serait une période de décadence après un cataclysme plus un babultiement avant notre Renaissance.

Finalement Tchouen-Jiu réforma le calendrier et plaça la première Lune au Printemps car avant, et c'est le cas nous l'avons vu pour le Siam, elle était au solstice.

Il profita de la conjonction car les 5 planètes étaient en conjonction dans la constellation Che ou Tng-che, donc on débutait l'époque avec une grande conjonction et la lunaison la plus proche mais pas au même endroit sinon via Mercure.

Quand ? Le Jésuite tient ces dires pour faux, mais pour lui le monde commence avec Adam.

Il nous écrit : Ti est appelée le Tronc céleste ; les constellations Fang, Sin, Ouey sont désignées par le caractère Ta-Chin, le Grand Feu, de Ta grand et Ho feu et c'est l'ancien nom du Scorpion. Puis entre Ki et Theou c'est Simou, ancien nom du Sagittaire, les autres sont traversées par une rivière, sans doute Aquila et Scutum.

* Notons que le nom Grand Feu correspond à  la désignation astronomique actuelle, Antarès est une Géante Rouge.

Puis Sing-Ki placé entre Teou et Neou, on désigne Hinen-Hiao par la constellation Hui, on lui donne aussi le nom de Tchonen-Hiu. Enfin Ting est le caractère de la constellation Che et on place Tseou-Tse entre Che et Pi.

Arrêtons nous un instant.

Si la Lune première est au solstice d'hiver et que Mao, les Pléiades, sont formellement mentionnées comme devant être la deuxième lune, cela place l'équinoxe 15 a 30 degrés avant car il faut la conjonction pour avoir la Lune puisque la conjonction ouvre le Palais.

Et nous retrouvons les étoiles peu visibles des Poissons repérées par celles d'Andromède et Bêta Bélier, Alpha Bélier étant considéré comme trop loin selon l'astronomie des Siamois.

Tous se recoupe pour placer le vrai début d'un Zodiaque de douze Lunes et donc un calendrier soli-lunaire débutant en Poissons.

Aussi n'ayons pas peur de synthétiser des informations redondantes et très éloignées, Siam, la Mésopotamie, l'Inde, la Chine, tous ces peuples se retrouvent avec l'équinoxe sur Orion, une numérotation en 360 et 60, 28 astérismes et le site ouranos soupçonne la tablette des lieux de la Lune d'être une déformation de ces 28 demeures - un solstice en Poissons ? et, détail qui tue, Pe-kin signifie dans ces anciens livres l'étoile polaire ou le pôle (galactique?), bref le Nord.

A noter, enfin, que à  chaque nouvelle Lune il y avait une cérémonie et sacrifice d'un mouton. Ensuite, nous citons, on montait sur la Tour du Tribunal des Mathématiques et on faisait des constatations dans les quatre directions Est, Sud, etc.

Les livres parlent aussi d'un instrument à  12 tuyaux ou tubes pour les 12 Lunes, ils étaient établis selon les positions des astres et des éclipses leur hauteur était de 9 pouces.

Le pouce royal à  l'époque de l'auteur faisait 27,070 millimètres, soit des 'tubes' de 24 centimètres, mon télescope portable en fait une trentaine sans oculaire.

J'en parle car j'ai cherché à  comprendre pendant deux semaines ce que pouvait être ces tubes avec les pierres précieuses et bizarres dont parlaient les textes. Finalement c'est parce que j'ai observé les Lunes de Jupiter qu'en changeant d'oculaire cela a fait un 'Mais bon sang, mais c'est bien sur'. Ils avaient des télescopes, sinon comment accorder 4 lunes ou chevaux à  Jupiter et deux à  Mars (et une faux à Saturne) ?

Et ces douze tubes consacrés aux Lunes ET aux éclipses étaient fatalement réglés sur l'écliptique pour guetter la nouvelle lune ou son opposition, ils ne devaient pas avoir de viseurs ou quoi ? La contenance des tubes étaient de mille grains (à  vérifier).

Les textes font mention d'une bassine éclairée jour et nuit qui portait des marques - des cercles - donc une horloge de précision car elle était associée à  un gnomon.

La hauteur de ce dernier était de 8 pieds, l'ombre 1,5 et le Jésuite à  calculé le bord supérieur du divin Apollon qui lui donne 34°22' et le lie à  la ville de Honan.

Autre passage : « On voit deuxièmement qu'il y avait un instrument pour désigner les mouvements des sept planètes. Cet instrument était orné de pierres précieuses, il y avait un axe mobile et dessus un Tube (majuscule de l'auteur) pour voir les astres. Les Chinois disent des merveilles de cet instrument & sans savoir au juste ni la figure (but ici) ni les parties (articulées) ni les différents usages, ils font des descriptions très détaillées de cet instrument » autre passage pour un autre écrit « le livre classique dit seulement qu'il y avait un instrument avec un axe pour régler les 7 planètes & que le tout était orné de pierres précieuses »  et l'auteur de signaler que « la description fut faite longtemps après que l'occasion d'un instrument que l'on avait devant les yeux. »

Bien, vieux françois mis à  part, si vous êtes déjà  allé dans un observatoire - prenez Tintin et l'étoile mystérieuse - vous saurez de quoi parlent ces livres, anciens, qui décrivent de... L'ancien.

Pythagore n'a pas trouvé le carré de l'hypothénuse et Galilée n'a pas inventé la lunette astronomique.

Je sais que cela paraîtra totalement inconcevable à  certains mais le doute n'est pas possible. Ces livres nous décrivent un observatoire astronomique pareil aux nôtres il y a des milliers d'années. Pas besoin d'extra-terrestres.

L'auteur semble indiquer en contournant l'enseignement de l'Église que les textes qui suivent et tentent d'expliquer pendant des siècles l'existence et le pourquoi de ces instruments sont des écrits poétiques et rêveurs marquant l'incompréhension totale des générations qui suivirent.

Cela résoud un point qui restait en suspension. Comment calculer les élements d'un astre avec une telle précision sans lunette astronomique et triangle sphérique ? Et comment décrire la 'personnalité' de Dieux qui, statistiquement correspondent à  nos descriptions statistiques sur les planètes invisibles - dont la 10 déjà  associée au nombre 10 dans les textes - et autres astéroïdes ?

Il ne pouvaient avoir deviné par intuition, c'est absurde d'autant plus que nos descriptions statistiques n'ont strictement aucun rapport avec les hérésies de l'astrologie populaire. Il faut corriger trop de paramètres astronomiques.

A faire.

Nous devons recomposer les anciennes constellations, plusieurs pages manquent mais ce sont les constellations d'avant la réforme qui donna les nôtres. Il faut retrouver la perception avant le déluge car nul ne le fera sinon notre Association.

10/01/2015 --> Nous avons rajouté un article sur les 28 sieou. A lire. ici

Sieou Loges en Chine 28 Demeures ou Palais Antiques en Sidéral

Cette notation de Tour se retrouve dans tous les textes anciens, elle est mise très souvent pour Pyramide, ce mot étant récent, une Tour c'est une pyramide dans les textes anciens, c'est-à-dire un Observatoire. C'est l'Observatoire du Service de l'Heure, là  où les astronomes pétrifiés de peur superstitieuse frappaient sur des casseroles (selon d'aucun) ou observaient les astres (selon nous et leurs écrits). En fait, lors des éclipses, il y avait des roulements de tambours au Palais manifestement pour faire croire au Peuple que le Prince commandait au Ciel et avait 'commandé' une éclipse, les commentaires précisant qu'il était interdit de faire ces 'roulements' ailleurs qu'au Palais. Si l'éclipse n'avait pas lieu et que le Palais l'avait signalée, alors les astronomes étaient mis à  mort sur le champ.

//.. Premier jet, à  suivre, mais ce livre est passionnant, il fallait que vous en profitiez. Il est en téléchargement GRATUIT.


Nous pouvons réaliser Votre thème sidéral <<< cliquez ici !
Copyright Guy Michel Arend - Uranologie 2017 2018 2019- nusquam credere semper quaerere - Merci de votre visite. Licence CC 3.0