Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Surya Siddhanta. Périodes astronomiques, Synodiques - Révolution Surya Siddhanta. Suite de l'étude du document ancien. Cet article tente de reconstituer les périodes astronomiques autrefois utilisées. L'hérétique Ptolémée laisse penser que les connaissances anciennes étaient approximatives, mais les éphémérides perpétuelles existaient déjà.

Suite du Surya.

Suite du texte avec toujours le numéro du verset à  la fin.

En une Période, les révolutions de Soleil, Mercure & Vénus, et les conjonctions de Mars, Saturne, et Jupiter, en déplacement Est, sont de 4 320 000. 29

Pour la Lune, 57 753 336, pour Mars 2 296 832... 30
La litanie va continuer durant des pages car il y a les périodes synodiques, les proximités solaires, le passage dans les noeuds et rappelons que le texte indique Mars suivi de Véda, Monts, etc.

La période héliaque dans le sens du passage au périhélie est déduite de la vitesse de l'astre selon le texte ce qui implique qu'à  l'origine, avant les corrections apportées par l'influence grecque, les astronomes avaient compris qu'il s'agissait d'ellipses, sinon pourquoi mentionner le fait ?

Il n'y a strictement aucun intérêt à  donner ce passage mais il est impératif de donner les valeurs qu'il contient.

Voici la Table.

Les chiffres.

Le Surya nous donne des périodes 'fabuleuses' de révolutions des astres ramenées à  une période générale ou cycle général.

Notons qu'un astrologue additionne ce genre de nombres pour les Rois de Babylone, divise le résultat de son addition par un nombre 'magique' et obtient à  peu près soit avec une erreur de 20 pour cent la révolution de la Lune. Euh, les Mésopotamiens avaient cette révolution aux deux millionièmes d'année en -4000. Faut se renseigner avant d'écrire.

Nous avons passé notre enfance à  la campagne et la première chose que nous avons faite, lorsque nous avons reà§u une montre pour nos 7 (sept) ans, ce fut de calculer la révolution de la Lune à  la minute en prenant une étoile-repère. Nos camarades de classe avaient fait le même genre de choses... On peut supposer, même si cette approche semblera occulte à  certains, qu'en plusieurs millions d'années, époque de l'apparition de l'Homme, des milliards d'astronomes ont opéré de même.

Ah, oui. Nous ne 'divinisions' pas les astres malgré notre 'enfance' et, pour l'astrologue qui se reconnaà®tra, qu'il lise les valeurs des révolutions utilisées à  Babylone, vieilles de 5000+ ans, au millionième, et corrige ses 'supputations' s'il est honnête.

La division de l'un par l'autre (période dite fabuleuse par à¢ge des astres) nous donne, pour les astres visibles, nous verrons les autres après, le tableau qui suit. Les valeurs sont le résultat de la division Période par Astre, les chiffres originels selon Translation of the Sà»rya-Siddhà¢nta qui procède autrement.

 

Astre - Période 4320000 ans Ans Solaires Moyens  1080000 ans Ans Solaires Moyens NASA J2000.0 Sidéral
Soleil - Terre  4320000  1.000  1080000  1.000  0.99726970 en sidéral  
Mercure  17937060  0.240842144  4484265  0.240842144      
Vénus  7022376  0.615176401  1755594  0.615176401      
Mars  2296832  1.880851538  574208  1.880851538      
6Jupiter  364220  11.86096315  91055  11.86096315      
Saturne  146568  29.47437367  36642  29.47437367      
 Lune sidéral  57753336  0.074800873  14438334  0.074800873  0.074802631  27.321661  0.074801328
 Lune Synodique  53433336  0.080848405  13358334  0.080848405    29.530859  0.080849677
 Lune Apside  406203  10.63507655  122050.5  8.848796195  8.848733744    
 Lune Noeuds 232238 R/ 18.60160697 R/ 58059.5 18.60160697 R/      

J2000.0 travaille en jours juliens et année = 365.25. T en siècles juliens ou  millénaires juliens est donc 36525 ou 365250.

En sidéral, l'année est de 365.256360 correction de -0.000 006 1 T

En tropical, l'année est de 365.242193 correction de + 0.000 000 1 T

 

Rappel.

Il faut lire l'article Astrologie Indienne de l'abbé Guérin pour comprendre.

Ainsi le nombre 1.577.917.828 est donné par la sentence:

Vasu (8 divinités), 28 montagnes (les 7 Montagnes sacrées), forme chiffre (un - les neuf chiffres), sept montagnes (7-7) Lune jours ou 15 par demi Lune. Les mots-chiffres se lisent à  l'envers donc 8-28-7-1-9-7-7-15 ou ... 1.577.917.288
Pareille aux versets de Nostradamus ou à  la Genèse l'écriture est celle du Livre, incroyablement compacte. Un mot est un chapitre, une lettre un paragraphe & le tout très passionnant.

Nous travaillons ici avec plusieurs études et un auteur fait remarquer qu'il existe des ouvrages d'époque en sanscrit mais que ce sont des faux, des pastiches plus exactement, car ce système de cryptage est rigoureusement infalsifiable, le verset perdrait sa musicalité sinon son sens.

 Pour les astérismes, le chiffre est de 1 582 237 828 = 0.00273031 ou 366.2587656. Par divisions, 0.002737785 ou 365.2587565 est l'autre nombre.

Périodes Synodiques et Sidérales.

Durées de la période sidérale du Soleil selon divers auteurs (tous ces noms se complètent par Siddhanta).

En Jours, Heures, Minutes, Secondes et centièmes.

Surya 365 6 12 36.56
Ciromani 365 6 12 09
Arya 365 6 12 30,84
Lagju-Arya 365 6 12 30
Pà¢rà¢à§ara 365 6 12 31,50
Paulika (*) 365 6 12 36

Ces durées sont trop longues.En Observation, pas électronique, en 1800, la valeur était et reste de 365j 6 heures 9 minutes 10s,7496 ou 365,25637. Les 2563 sont invariants, seul le 7 passe de 5 à 9 suivant les auteurs.

(*) Paulika ou Pailica de 'Paul d'Alexandrie' ou importé des écrits de Ptolémée peut-être par l'astrologue Maya à  l'origine.

Cette importation indique clairement que ces astronomes indiens ne savaient plus calculer eux-même les révolutions à  leur époque, ce que dit bien l'abbé Guérin. Dans le cas contre, ils auraient écrit leurs traités eux-même, on ne copie qu'en cas de retard ou pire en cas de dépassement du savoir, comme pour la France en Informatique.

 

Valeurs Synodiques.

Ces valeurs particulières sont attribuées aux périodes synodiques, le fait pour le Soleil considéré depuis la Terre ou pour la Terre vue du Soleil, de se retrouver, sensiblement chaque année pour les astres éloignés, en conjonction apparente avec un astre.

Cette valeur est essentielle car elle permet de passer du système Géo au système Hélio, de calculer les cycles des grandes conjonctions, de supputer la distance au Soleil, etc.

D'abord les valeurs j2000.0 (attention, valeurs à  vérifier selon le diviseur).

 

Planète

Période synodique

Période sidérale

Demi-grand

Axe

Lune

29j12h44m02,2s

27,32166

 

Mercure

115,8780

87,969

0,387

Vénus

583,921361

224,7096

0,72

Terre

365,242198

365,2563

1,0000

Mars

779,9640

686,960

1,52

Jupiter

398,8610

4 335,355

5,2

Saturne

378,0940

10 757,737

9,54

Uranus

369,6540

30 708,160

19,18

Neptune

367,4860

60 224,904

30,07

Pluton

366,7400

90588,0

39,4

Voici les valeurs données par le Varà¢ha Mihira, un autre traité. Les correspondances ne sont pas immédiates car il faut ajouter 5 jours le plus souvent mais il semble que le système 'tournait' plus vite autrefois sous réserve de calcul approfondi.

Mercure : 114 jours 6/29 ou 114,206896551
Vénus : 575 jours 1/2 ou 575,5
Mars : 768 jours ¾ ou 768,25
Jupiter 393 jours 1/7 ou 393,142857142
Saturne 372 jours 2/3 ou 372,6666

Il y a des différences et ces divergences proviennent de l'utilisation du système babylonien, donc cette partie là  serait ancienne, o๠on ne calcule pas en jours mais en jours parfaits de l'année parfaite de 360 jours, soit directement en degrés.

* Pour le chercheur débutant, il faut vérifier si l'auteur utilise les : année tropique, sidérale, parfaite, etc.


Ainsi la période synodique pour Mars est de 6,48-43-18 en Mésopotamie, proche de 6,48-45 ou 408 3/4 là  o๠le Panca Siddgà¢ntika donne 768 ¾ soit la valeur plus 360 degrés.


Attention, la critique historique indique que le Surya est le traité le plus modifié suite à  l'influence grecque alors que le Panca €“ un autre traité - tente de trouver un moyen terme entre les nouvelles divisions et théories et les constantes astronomiques.

Nous le mettons en gras car des astrologues, sans même vérifier, annoncent des antiquités prodigieuses. Pour le chercheur, il existe aussi des savants, des académiciens, des astronomes qui ont étudiés avec rigueur tous ces écrits.


L'influence grecque se retrouve dans la théorie des épicycles qui n'est jamais très développée, comme elle fut par les Arabes, par les Indiens.

On en déduit que le concept de jours fut modifié en fractions sexagésimales de l'année sidérale avec un Soleil de un degré par jour.


Pour Jupiter la valeur en Mésopotamie est de 33,8-45, les Indiens indiquent 33 1/7 soit, avec les 360 jours ou degrés, la valeur 33,08-34.


Pour Saturne, le calcul indien donne 372 moins 360 = 12,40 et les Babyloniens proposent 12,39-22-30. Les Babyloniens étaient très précis.


A nouveau tous ces écrits indiens datent de la période 505 à  590 et sont transmis par des copies datées de 1030. On voit y un recul comme pour tout au Moyen-à‚ge.

 

Voici une table comparative donnée par un des livres traitant de l'astronomie ancienne.

Surya-Siddhanta - RevolutionsSurya-Siddhanta - données astronomiques 1860

 

Avant de passer à  la suite du livre, puisque le lecteur comprend maintenant que ces périodes fabuleuses ne sont que des conventions astronomiques savantes au départ, une suggestion pour celles & ceux qui cherchent des à‚ges : peut-être que l'Histoire, avec la Chute de Rome vers ... puis le Moyen-à‚ge puis la Renaissance puis les Temps modernes pourraient guider leurs pas, en supposant que la Réalité soit l'Expression de Dieu plus que leur livre adoré, religieux ou autre... Ou leur imaginaire ?

Si, vraiment, il y a un ordre cyclique dans l'Univers - l'ordre nous savons qu'il existe -cyclique, alors est-ce que le Réel, le Vécu, ne pourrait pas, éventuellement, être son reflet ?

A méditer, mais dès lors un livre d'histoire ramené à  ses grands chapitres leur donnerait la Clé d'Or qu'ils cherchent.

// En cours 12/2014 - remis en ligne 9 décembre 2018.


Nous pouvons réaliser Votre thème sidéral <<< cliquez ici !
Copyright Guy Michel Arend - Uranologie 2017 2018 2019- nusquam credere semper quaerere - Merci de votre visite. Licence CC 3.0