Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Dans notre recherche de mise au point d'éphémérides perpétuelles simplifiées assez précises pour un usage aisé au quotidien nous avons du trouver l'époque de la conjonction entre le périgée et l'équinoxe. Cela nous a entraîné très loin.

 Attention, ce site n'est pas un site "scientifique".

Très loin en effet car en fouillant dans un nombre « innumérable » d'écrits anciens nous nous sommes rendu compte que tous les auteurs anciens nous donnent une inclinaison de 24° pour l'écliptique.

Nous savons pourquoi au 21ème siècle même si cette indication conduisit au rejet de leurs observations par les scientifiques qui croyaient la valeur de l'inclinaison immuable, mais l'histoire scientifique est un éternel rejet premier noyé dans les médisances suivi, parfois plus d'un siècle plus tard, par une acceptation et une assimilation.

Tous ces astronomes nous donnent, pour -3000, l'indication, lorsqu'elle est fournie et que les observations peuvent être contrôlées, certaines, visiblement des Chaldéens, étant d'une précision redoutable à  la seconde d'arc, d'une précession de 54" et non de 50" bien qu'ils indiquent le plus souvent une précession moyenne de 50".

Les textes indiens de -3100 mais aussi Albategni qui en 880 a manifestement retrouvé des écrits très anciens, nous précisent ces données

Trouvant sur un site officiel grand public d'astronomie un tableau des valeurs anciennes de l'année nous avons voulu le corriger de quelques erreurs car le but de ce tableau semble purement illustratif et sans prétention.

Nos indications se veulent conformes à  la démarche ou approche déjà  expliquée par ailleurs, le constat.

Donc nous donnons les relevés en leur accordant notre attention avec une neutralité bienveillante.

Tableau des années selon différentes sources.

// Tableau en évolution constante. V. 20150312.

Les 'solutions' ultra sophistiquées des programmes actuels nous donnent une précision à  24 chiffres après la virgule mais elle ne nous donnent jamais, pour des temps pas si reculés tel le 18ème siècle, une correspondance supérieure à  la seconde, et hélas des écarts supérieurs au degré pour celles du 16ème ou avant ce qui semble peu crédible. Un professeur nous donne son thème vers 1500 et placerait la Lune à  +1° degré de sa position, les autres astres entre 30' et 1°30', est-ce possible, le thème possède l'heure de l'Horloge. Pire, une observation de l'observatoire de Paris vers 1685 donne un décalage de plusieurs heures.

-3000 sidérale en arc
Babylone - Égypte
365j+15'27''30'''
-3000 en temps Selon Albategni en 879 365j06h11m00s
-3000 -1000 ? Tables Perses-Delisle - Bailly 365j05h49m03.5s
-3000 saros = 6939j16h 595/1080) Hébreux  - BibliqueD'après calend. lunaire 365,2467978395365j05h55m23s20'''
141-127 av. J.-C.  Hipparque  365j05h55m12s
Correction Hipparque-Marcoz 365j05h48'48'',0885
Hipparque Hipparque-Marcoz 365,24222324657
Sidérale Hipparque-Marcoz 365j06h09'11,82''
45 av. J.-C. Sosigène (J. César)  365j 5h 55m
139 ap J. C. Ptolémée (de Hipparque)  365j 5h 55m 12s
499 Aryabhata - Anomalistique ?
 365j 8h 36m 30s
879 Albategni (Delambre)  365j05h46m24s
855-900 Thébith-sidérale 365j06h09'12''
1048-1131 Omar Kayyam 365j05h49'05'',450
1201-1274 Nassir-Eddin 365j05h49'
1252 Tables Alphonsines  365j05h49m16s
Circa 1440 Ulug Beg  365j05h49m15s
1543 Copernic  365j05h49m29s365j06h09m40s sideral
1556 Johannes Garcaeusin Tractatus Brevis 365j05h49'17''37'''12''''37'''''
1560 Gaurico Anomalistiq 365j06h14m19s
1574-1575 Danti  365j05h48m
1582 Calendrier Grégorien  365j05h48m20s
1611/03/21 Magini Éphéméridesle de406 donne la Lune à 6°53' de Magini faire -12h in Eph. coelestium365j05h55'32''41'''42''''
1986 Laskar  365j05h48m45.187s
j2000 UAI 365j05h48m42.25s

 Nous avons une nouvelle donnée pour l'année tropique de 1800. Valeur retenue 365.2422071... et Delambre qui refuse en disant que c'est trop court et veut 365.24226..

Nous avons rajouté, pour le Fun, la valeur anomalistique de Luca Gaurico, auteur d'un traité de médecine lunaire et d'éphémérides jusqu'en l'an... 2000 et ce en 1560. Pour Hipparque, un traité transmis par les Hébreux donne une valeur identique mais signale que les divisions ne se font pas en minutes et secondes mais en sinutes, un sinute étant le degré divisé par 1080 (soit 360*3 ou 60*18). Hipparque peut avoir mal fait ses conversions car ce traité donne la Lune avec une exactitude inconnue des Hellènes, au dizième de seconde.

Compléments & Explications.

Visiblement impressionné par ce dernier Delambre calcule pour Albategni MM=59'08''20'''46''''54'''''14'''''' et donne l'estimation pour la durée de l'année égyptienne de 365 jours de 359°45'46''25'''31''''31''''' (selon Halley ce sixte serait 32 ce qui change tout ! ).

C'est la seule fois en plus de 5000 pages publiées que Delambre reste interdit des connaissances d'un astronome du passé et il se demande où cet Arabe a obtenu la durée de l'année des Chaldéens et ses formules trigonométriques avec tangentes en 12 et non 60. (Albategni semble Perse en fait, il utilise le calendrier persan).

Albatagni dit trouver sa valeur en comparant son équinoxe avec celui de Ptolémée de l'an 1191 Halicarnain ou 1206 après la mort d'Alexandre soit le 19 Elil romain ou 8 pachon d'alkepi 4h45 avant le lever du Soleil méridien d'Aracte à  l'Est d'Alexandrie.

La correction de cette erreur ajouterait 2' 26'' à  la valeur donnée par Albategni.

Comme souvent l'astronome Delambre aveuglé par son mépris des Anciens - et des cultures étrangères - émet deux remarques qui lui donnent la solution sans qu'il s'en rende compte. Si les formules trigonométriques et les divisions et l'année des Chaldéens sont données c'est simplement que Albategni avait ces documents chaldéens puisque ses observations sont exactes, il n'invente rien évidemment.

Pour les corrections de Marcoz, les données combinées au départ des éléments utilisés par Hipparque lui-même que l'on pense ne pas être issus de ses observations mais plus anciennes - égyptiennes -  donnent deux précessions, une déduite de la lune qui offre 53'',6701 et la solaire de 46'',8440 (selon Marcos) soit une p moyenne de 50''257.

Piazzi donne 50''2066 en 1814.

Cela fait 257 =71.704 de années de précession/degré.

Le catalogue d'Hipparque reposant sur 312 étoiles précises à  50''12, 319 à  50''4 et 156 à  50'' (ces différences sont dues à  l'instrument gradué de 5 en 5 et non unité par unité de son époque) donnent 39525 divisé par 787 ou 50''21.

Hipparque, comme Ptolémée, s'est fondé sur des données antérieures et ces deux auteurs ont falsifiés leurs données selon l'avis émis par les différents astronomes qui les étudièrent. D'autres signalent les différences obtenues par les calendriers, les méthodes de repérage, la parallaxe, les points de repère qui diffèrent des nôtres mais, plus que tout, deux écueils entâchent ces études.

Le premier est la certitude que ces relevés devaient être faits sans méthode ni instrument alors que des textes de près de 5500 ans nous parlent de tubes d'observation et autres instruments aux noms incompréhensibles.  La deuxième est la perception des Anciens.

Notons que Delambre annonce une année chaldéenne introuvable  puis en donne une à  l'appui de ses thèses dans un autre écrit et qu'il traduit Ptolémée en changeant des valeurs tandis que le malheureux Bailly (victime de la Révolution) fait de même en en oubliant certaines. Marcoz, le plus rigoureux, se laisse aller lui à  des calculs fantaisistes pour ne pas écrire occultes sur des parties de fractions discutables.


Nous pouvons réaliser Votre thème sidéral <<< cliquez ici !
Copyright Guy Michel Arend - Uranologie 2017 2018 2019- nusquam credere semper quaerere - Merci de votre visite. Licence CC 3.0